Enseignants Plans de cours

L'art autochtone contemporain au Canada


Joseph Légaré, Le choléra à Québec, v.1832 et Melvin Charney, Une histoire, le trésor de Trois-Rivières, 1975

Pratiquement un siècle et demi sépare ces deux œuvres. Pourtant, les deux artistes réalisent leur œuvre avec un souci commun, celui de fixer un événement dramatique vécu par une partie de la population issue de la couche sociale populaire.

Joseph Légaré fixe sur sa toile le choléra qui touche la ville de Québec en 1832, où 3451 personnes en meurent. Quant à Melvin Charney, il dénonce la non-conservation du patrimoine bâti populaire et, donc, la non-préservation de la mémoire collective véhiculée par les maisons construites par leurs propriétaires. C’est une perte d’identité collective qui s’opère par leur destruction.

Dans les deux tableaux, la dimension religieuse est présente mais elle est interprétée différemment en fonction de l’œuvre. Dans le tableau de Joseph Légaré, la présence de la cathédrale et d’un prêtre à l’arrière-plan gauche souligne un des rôles traditionnels de l’Église, qui est celui de préparer les âmes au repos éternel.

Indirectement, leur présence souligne l’empreinte forte de la religion sur la population. Toutefois, dans le tableau de Melvin Charney, la présence religieuse n’a pas la même symbolique. Au premier plan du tableau, une croix de couleur vin apparaît sur la façade de la maison. L’artiste y voit l’image d’un temple classique qui donne à la maison un caractère atypique.