Enseignants Plans de cours

L'art autochtone contemporain au Canada


A.Y. Jackson, Un village québécois, 1921 et A.J. Casson, Église anglicane à Magnetawan, 1933

Les deux œuvres que voici démontrent bien la divergence remarquée au sein des peintres du Groupe des Sept. Bien que moins présents que la nature elle-même, l'homme et ses constructions font aussi partie de leurs sujets préférés. Dans l'œuvre de A.Y. Jackson, Un village québécois, les couleurs disposées par petites touches grossières contrastent fortement avec la facture stylisée et définie qu'a utilisée A.J. Casson dans son œuvre Église anglicane à Magnetawan. Le soleil illumine les couleurs chaudes et le ciel est plutôt gris contrairement à l'œuvre de Jackson où le bleu du ciel éclaire une journée d'hiver sans soleil. Les quelques ombrages remarqués dans l'œuvre de Jackson ont des tonalités de bleu tandis que celles de Casson sont foncées et définies par une mince ligne orange. On remarque également la présence de personnages dans Un village québécois - des enfants glissent sur la neige. Casson nous propose plutôt un village paisible sans aucune présence humaine.