Enseignants Plans de cours

L'art autochtone contemporain au Canada


Arthur Lismer, Une bourrasque en septembre, baie Georgienne, 1921 et Lawren Harris, Lac Maligne, parc Jasper, 1924

Le rythme de la nature peut s'exprimer sous différents angles : énergique et coloré ou harmonieux et monochrome. Par une gestuelle puissante et une gamme de couleurs éclatante, Arthur Lismer rend bien, dans Une bourrasque en septembre, baie Georgienne, la force qui se dégage d'un orage. Les empâtements spontanés de couleur et les formes rondes des éléments obéissent aux humeurs d'un vent fort et colérique. Ils expriment facilement les mouvements du temps maussade par les herbes courbées du premier plan, les vagues et les arbres lointains s'inclinant sur les collines. Lawren Harris par contre nous amène dans un paysage ou la monochromie et l'immobilité font référence à un miroir. Le calme se dégageant de l'œuvre Lac Maligne, parc Jasper nous offre l'essentiel des formes d'une nature où le rythme, contrairement à Lismer, est simplifié et stylisé. L'application soignée des couleurs monochromes appuie davantage l'équilibre de cette scène.