Peinture canadienne des années 30

Biographie : Louis Muhlstock

Louis Muhlstock
Galicia, Canada
Né Galicia: Narajow, le 23 avril 1904
Meurt Canada: Québec, Montréal, le 26 août 2001

Hazen Sise / Bibliothèque et Archives Canada

Formulaires biographiques



Agrandir



« L´artiste peint le nu d´une façon réaliste, de la même manière qu´il le ferait de toute autre forme animée ou inanimée dans l´espace? Peindre, mouler et tailler la figure humaine [devrait être fait] avec le plus profond amour de la forme et de la couleur, et avec le plus grand respect pour le genre humain. »
(Louis Muhlstock, 1947)

Doté d´un regard pénétrant pour le caractère des personnages et d´une profonde humanité, le peintre et dessinateur montréalais, Louis Muhlstock, a saisi un portrait de la crise économique des années trente dans une série de dessins délicats et intimes de divers personnages marginaux. Ses tableaux de rues et de maisons désertes, réalisés avant et après la Deuxième Guerre mondiale, sont des images dépouillées qui suggèrent le silence et la mémoire.

En 1911, Muhlstock et sa famille quittent la Galicie ? alors en Autriche-Hongrie ? et immigrent à Montréal. À compter de 1918, il suit des cours d'art du soir, d´abord au Monument National, puis à l´Art Association of Montreal et à l´École des beaux-arts. Parmi ses professeurs, mentionnons Maurice Cullen et Edmond Dyonnet. Il expose pour la première fois en 1925 à l´Académie royale des arts du Canada. De 1928 à 1931, Muhlstock étudie à Paris auprès du peintre Louis Biloul, réalise des esquisses à la Grande Chaumière et expose ses œuvres aux Salons de Paris. Il passe ensuite plusieurs étés à faire des esquisses en province ou encore il visite les musées de la Belgique.

Le Canada était en pleine crise économique quand Muhlstock revient à Montréal. Il travaille de manière productive, cependant, recherchant des sujets parmi les pauvres et les démunis, et durant les périodes les plus sombres, il dessine sur du papier kraft et peint sur des sacs de sucre préalablement décolorés. En 1932, il expose pour la première fois en solo au Club des Arts de Montréal, et acquiert rapidement au pays une réputation d´excellent dessinateur. En 1935, il emménage dans un nouvel atelier et devient ami avec de jeunes artistes, notamment Jori Smith, Jean Palardy, Marian Scott et Fritz Brandtner, avec lesquels il fondera plus tard la Société d´art contemporain, parrainée par John Lyman.

Au début des années trente, Muhlstock esquisse plusieurs portraits de patients des hôpitaux de Montréal. Paranka (1932), le portrait d´une patiente aveugle et en phase terminale, réalisé avec une remarquable économie de moyens, est l´un des dessins les plus émouvants de Muhlstock. Durant la seconde moitié de cette décennie, il commence une série de tableaux représentant des pièces vides situées dans des bâtiments abandonnés, tout en peignant des scènes de rues où règne le calme, par exemple, dans Porte ouverte de la troisième maison, ruelle Grubert, Montréal (v. 1939). Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il réalise des esquisses d'ouvriers dans des usines et des arsenaux maritimes. Parmi cette série d´œuvres, mentionnons Soudeur (1943). Ses recherches ultérieures portant sur la forme et la texture dans les éléments naturels, par exemple, l´écorce, la mousse et les rochers, ont suscité la création d´une série de 28 petites peintures à l´huile non figuratives réalisées en 1951.

Parmi ses nombreuses expositions à l´échelle nationale et internationale, mentionnons une exposition solo en 1949 à la Galerie nationale du Canada, qui a également été présentée dans divers autres lieux d´exposition. Muhlstock était membre de la Société canadienne des arts graphiques, du Groupe des Peintres canadiens, de la Société d´art contemporain, de la Fédération des artistes canadiens et de la Société canadienne des aquarellistes. Il a obtenu un doctorat honorifique de l´Université Concordia (1978), a été reçu Officier de l´Ordre du Canada (1991) et Chevalier de l´ordre du Québec (1998).

Galerie de l'artiste

Biographie

  • Louis Muhlstock

Entrevue