Peinture canadienne des années 30

Biographie : Pegi Nicol MacLeod

Pegi Nicol MacLeod
Canada
Née à Listowel (Ontario), le 17 janvier 1904
Meurt États-Unis: New York, New York, le 12 février 1949

Numéro de référence P120-23-1

Formulaires biographiques



Agrandir



« J´ai tenté de transformer ma rue bizarre en quelque chose de riche et d´étrange. »
(Pegi Nicol MacLeod, 1945)

Les aquarelles et les peintures à l´huile de Pegi Nicol MacLeod sont une flambée de lignes courbes et de couleurs vives. L´artiste s´est inspirée du monde qui l´entoure ? enfants, jardins et scènes animées de la vie urbaine ? pour traduire l´énergie et l´agitation de la vie quotidienne.

De son nom de jeune fille, Margaret Nichol, MacLeod étudie à l´École d´art d´Ottawa auprès de Franklin Brownell et à l´École des beaux-arts de Montréal, où elle rencontre son amie de toujours, la peintre Marian Scott. En 1927 et en 1928, encouragée par l´anthropologue Marius Barbeau, elle voyage dans l´Ouest du Canada pour réaliser des tableaux dans les communautés des Premières nations. À compter de 1934, elle réalise des vitrines pour la T. Eaton Co. de Toronto, sous la supervision du créateur René Cera. L´année suivante, elle commence à publier des illustrations et des textes dans le Canadian Forum et occupe le poste de directrice artistique pendant une courte période. En 1937, après son mariage avec Norman MacLeod, originaire de Fredericton, elle s´installe à New-York, où elle peint des scènes de rue et de nombreuses études de sa fille, Jane. Entre 1940 et 1948, elle se rend à Fredericton, où elle donne des cours d´art durant l´été à l´université du Nouveau-Brunswick. Pendant la Deuxième guerre mondiale, MacLeod obtient des commandes pour réaliser des tableaux de la Division féminine des Forces armées canadiennes.

MacLeod a été membre de la Société canadienne des peintres en aquarelle et du Canadian Group of Painters. L´influence du Groupe des Sept est évidente dans les premiers paysages qu´elle a peints. Dès 1933, elle adopte un style plus expressif et commence bientôt à expérimenter la répétition des vues, qu´elle appelle sa « vision kaléidoscopique ». Parmi les œuvres de Pegi Nicol MacLeod, mentionnons La descente de lis (1935), Fenêtre froide (1937), Marché aux fleurs I et Marché aux fleurs II, et certaines illustrations exécutées pour un livre non publié de Lillian Zanet, Webster the Pig (c.1942).

Galerie de l'artiste

Biographie

  • Pegi Nicol MacLeod